Bienvenue sur le site du LYCEE JEAN-MARC BOIVIN de Chevigny-Saint-Sauveur en Bourgogne
Nous sommes Charlie

Lycée Jean-Marc Boivin

4 bis route de Dijon
21800 Chevigny-Saint-Sauveur

Standard : 03 80 48 15 80
Fax : 03 80 48 15 86

e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Charte de la laïcité

 

 

 

 

       

 

Partenaire de l'association

Leucémie Espoir 21

 

 

VIE AU LYCEE

 

CONTACT

Au lendemain de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo, qui a fait douze morts à Paris, élèves, professeurs et personnels de l'établissement ont respecté, comme partout en France, une minute de silence, jeudi 8 janvier.

À midi, dans la cour du lycée, chacun brandissait donc un stylo vers le ciel ou tenait, près du cœur, une pancarte "Je suis Charlie", pour rendre hommage aux douze victimes de l'attentat le plus meurtrier sur le sol français depuis la guerre d'Algérie.

Dans la matinée déjà, plusieurs dessins et messages de soutien avaient été affichés dans les couloirs du lycée. Sur les réseaux sociaux, un groupe de Terminales, mené par Lucas Lange, un élève de Tle S délégué au Conseil d'Administration, s'est même mobilisé pour organiser cet hommage. Ils ont ainsi été plus d'une trentaine à travailler en collaboration pour rédiger un texte émouvant dont lecture a été faite à la suite de la minute de silence.

"Nous sommes un peuple réuni autour des mêmes valeurs, refoulant la haine et de quelconques amalgames", ont-ils assuré devant leurs camarades après avoir cité le nom de chacune des victimes. "Leurs armes étaient la violence. Les nôtres sont la paix, l'amitié, la fraternité, l'amour et le crayon. Nous leur répondrons par notre unité".

Madame la Proviseure a pour sa part rappelé qu'il fallait se montrer solidaire et unie face à cet événement, appelant chacun à prendre la parole durant les cours.

Retrouvez le courrier rédigé par les élèves des Terminales ci-dessous.

Texte écrit par les élèves de terminale du lycée et lu par Lucas Lange

"Souvent on entend dire que les jeunes sont désintéressés des phénomènes de société, accrocs aux nouvelles technologies, en rupture avec le monde. Par votre présence, vous avez prouvé que vous étiez de dignes futurs citoyens de la République et nous vous en remercions.

Hier, un drame inqualifiable s'est déroulé provoquant le décès de douze personnes et la blessure de dizaines de citoyens.

- Ahmed Merabet, agent de police

- Bernard Maris, économiste et chroniqueur

- Bernard Verlhac, dit Tignous, dessinateur

- Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse

- Franck Brinsolaro, brigadier au service de la protection

- Frédéric Boisseau, agent d'entretien

- Georges Wolinski, dessinateur

- Jean Cabut, dit Cabu, dessinateur

- Michel Renaud, ancien directeur de cabinet du maire de Clermont

- Mustapha Ourrad, correcteur

- Philippe Honoré, dit Honoré, dessinateur

- Stéphane Charbonnier, dit Charb, dessinateur

Nous sommes ici pour leur rendre hommage.

Dix personnes travaillant à Charly Hebdo, amis des arts et des lettres sont décédés dans leurs fonctions. Fervents défenseurs de la liberté d'expression, ils sont morts pour nous, pour la République, n'ayant pour arme que leurs crayons. Les événements d'hier les ont rendus immortels, face à une violence éphémère.

Deux défenseurs de la République, en nous protégeant, y ont laissé leur vie. Ils nous ont défendus et nous les remercions. Héros de la République, c'est un devoir de leur rendre hommage.

"Liberté, égalité, fraternité". Telles sont nos valeurs. Telles sont leurs valeurs. En 1789, les Parisiens prenaient leurs armes pour nous offrir ces valeurs : à la Bastille et aux Tuileries. En 1914 et 1939, des soldats français ont laissé leurs vies pour les défendre. Hier, Charlie était attaqué pour celles-ci. Je préfère mourir debout que de vivre à genoux", disait Charb. Aujourd'hui c'est à nous de continuer leur combat. Hier nous étions Charlie, aujourd'hui nous sommes Charlie, demain nous serons Charlie.

Mais finalement, en disant "Je suis Charlie", qui sommes-nous ? Nous sommes un peuple réuni autour des mêmes valeurs. Refoulant la haine et de quelconques amalgames, notre présence, tous ensemble, notre unité traversant les frontières était un des objectifs de Charlie. Ces scènes de rassemblement hier soir rappellent que la République est indivisible. Leurs armes étaient la violence. Les nôtres sont la paix, l'amitié, la fraternité, l'amour et le crayon. Nous leur répondrons par notre unité.

En ce lieu, je vous remercie de respecter ce moment de recueillement, car nous sommes réunis, nous sommes unis, nous sommes Charlie."